Gestion du service public de l’eau au Sénégal : Entre territorialité et « sectorialité »

RESUME ARTICLE:

La science de l’Etat en action a connu de multiples circonvolutions qui témoignent  la dynamique actuelle de l’analyse des politiques publiques. Pendant longtemps, selon une tradition rousseauiste puis marxiste plus tard, l’Etat-régulateur, manifesté par la multiplication des interventions publiques dans tous les domaines, a présidé à la science de l’Etat[1]. Mais au début des années 70, le développement d’approches plutôt néo-libérales avec une forte incitation à un désengagement de l’Etat au profit  de sociétés territoriales se fait pressent. Ce qui traduit la substitution d’une logique verticale à celle plus horizontale.

 

L’Etat Nation réalise son unité dans l’existence d’une communauté politique constituée sur une base territoriale. On assiste maintenant à une déterritorialisation de la communauté politique. En raison des pressions de l’économie mondialisée et des nouvelles formes organisationnelles supranationales, L’Etat Nation est dessaisi, par le haut d’un certain nombre de ses pouvoirs souverains. Latéralement, l’Etat cède une partie de la gouvernance à des partenaires qui ne sont plus ses créatures. Par le bas, il y’a une demande accrue de décentralisation en vue d’une meilleure intégration dans la sphère mondialisée[2].

 

Au Sénégal, sous l’action conjuguée des organismes d’aides et de la nécessité et d’une plus grande efficacité des politiques publiques, l’Etat a entamé depuis le début des années 80, un lent et irréversible processus de désengagement au profit des collectivités locales pour l’avènement de sociétés autoréférentielles. Ce processus, dans le domaine de l’eau, se traduit, à partir de 1984, par une réforme de la gestion du service public de l’eau. Cette réforme, en milieu rural, va conduire à la refonte de l’organisation des usagers pour une gestion participative efficace des Adductions d’Eau Potable (AEP), la création de conditions d’exploitation viables au plan technico-économique, la promotion du secteur privé et le recentrage des activités des services publics. Elle s’appuie sur les grandes orientations politiques du Gouvernement : désengagement de l’Etat, implication des collectivités locales à travers la décentralisation, la promotion du secteur privé et gestion participative des infrastructures en milieu rural. Ce processus a abouti à la déstructuration de la gestion des points d’eau et l’introduction d’une nouvelle logique de gestion (restructuration) qui s’appuie un cadre stratégique. 

Le cadre stratégique à l’origine de l’introduction de la logique rationnelle

 

L’Etat sénégalais, jusqu’au début des années 1980, prenait tout en charge : de la construction des infrastructures hydrauliques à leur exploitation. Mais compte tenu d’effets structurels[3], l’Etat Sénégalais commence à se désengager de son rôle centralisateur en montrant son incapacité, surtout financière, à supporter seul les charges de fonctionnement des infrastructures hydrauliques mises à la disposition des populations rurales. Il se saisit de la Décennie Internationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DIEPA) en bénéficiant de l’aide internationale pour réformer sa politique de gestion de l’hydraulique rurale. L’objectif visé était de favoriser l’accroissement des réalisations liées à l’eau en milieu rural. Lancée en 1980 par les Nations Unies pour la période de 1981-1990, la DIEPA avait pour objectif de fournir de l’eau potable à tous ceux qui en manquaient avant la fin de la décennie, principalement dans les pays du Tiers-Monde[4] pour lutter contre les externalités négatives liées au manque d’accès à l’eau. C’est dans cet objectif qu’il faut inscrire l’orientation de la Banque mondiale dans son rapport de 1991 qui préconisait la prise en compte de la demande d’infrastructures dans les stratégies de développement et l’augmentation de la contribution financière pour de meilleures infrastructures.

 

En s’appuyant sur le cas de deux villages en milieu rural au Sénégal, on va essayer de démontrer les différents enjeux qui sous-tendent cette réforme par l’analyse des systèmes d’action. En partant de l’identification des différents acteurs impliqués, il s’agira d’expliquer leur rationalité, leurs logiques d’action spécifiques et les jeux d’intérêts qui affectent l’objectif de démocratie participative visé par la réforme.


[1] Pierre Muller : « Les politiques publiques ». Paris, PUF, Que sais-je, 1ere Ed (1990), 6éme Ed, 2006, p.3

[2] Chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie. En ligne : http//www.chaire-mcd.ca/axes_recherche.shtml [page consultée le 24/04/2008]

[3] Comme le note B. LY : « vers la fin des années 70, le Sénégal s’est trouvée dans une situation économique et sociale telle que pour la redresser, il a été obligé de faire appel aux institutions financières internationales de Bretton woods qui ont assujetti leur financement à des « conditionnalités » relevant d’une intervention directe dans le cours de la politique globale du Sénégal ». B. LY : Ibid., p. 41.

La politique libérale proposée pour redresser la situation économique et sociale s’articule autour de deux axes : le rapport salarial et le rôle de l’Etat interventionniste.

[4] Dominique Desjeux : « Approches sociologiques des enjeux de la décennie de l’eau ». In Dominique Desjeux (dir.) : « L’eau. Quels enjeux pour les sociétés rurales ?  Amérique centrale, Afrique, France, Moyen-Orient ». Collections alternatives paysannes, Editions l’Harmattan, Paris, 1985, p.11

About these ads

Une réponse

  1. bonjour,
    j’aimerai lire ta thèse, elle est introuvable en prêt universitaire. je fais un doctorat en géographie sur la gestion de l’eau en milieu rural sénégalais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: