Eau et Développement Durable : Entre compromis gestionnaire et usages conflictuels. Le cas du lac de Guiers au Sénégal

Résumé : Au Sénégal, la politique de développement du Lac de Guiers trouve sa justification dans la volonté de la puissance publique de subvenir aux besoins en eau de la capitale Dakar et de parvenir à l’autosuffisance alimentaire en favorisant le développement des activités agricoles dans la zone. Le système lacustre va polariser des usages multiples comme l’agro-industrie, l’approvisionnement en eau potable rural et urbain, l’agriculture vivrière, l’élevage, le développement rural et, de plus en plus, l’éco-tourisme. De cette diversité d’usages autour de la même ressource, découle une pluralité d’acteurs aux objectifs pas nécessairement identiques, aux logiques, pour la plupart, divergentes et aux moyens inégaux. Trois logiques différentes, à défaut de pouvoir s’articuler, vont s’affronter : traditionnelle des populations riveraines, « développementaliste » de l’Etat sénégalais et marchande des agro-industriels et privés. Les perceptions que les communautés locales avaient de l’eau et de l’espace vont être modifiées par cette nouvelle donne.  Cette article se propose, en partant des systèmes d’action concrets, de montrer comment, en l’absence de tout compromis gestionnaire collectif, l’objectif premier du lac peut être dévoyé et avoir des effets pervers sur l’environnement et la santé publique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :