ENJEUX DE PARTENARIAT DANS LA GOUVERNACE DES SERVICES URBAINS LOCAUX DE L’EAU : Entre arrangements pratiques, ségrégations socio-spatiales et stratégies de contournements institutionnels.

Les transformations institutionnelles exogènes dans la gestion des services urbains de l’eau, s’inscrivant dans le cadre de la « nouvelle » politique de lutte contre la pauvreté de la Banque mondiale, ont favorisé une complexification de la gouvernance. Cette reconfiguration institutionnelle, de plus en plus complexe, pose la question de l’instance de régulation (démocratique, marchande, etc) efficace : à quelle échelle (centrale, municipale, intercommunal ou au niveau des quartiers défavorisés) doit-elle s’effectuer ? Est-ce qu’elle doit s’effectuer à partir d’une structure plus autonome vis-à-vis de l’État intégrant des agents publics et/ou privés ?
La recomposition de la gestion des services urbains de l’eau dans les villes en développement, surtout africaines, pour être efficace repose sur des compromis. Le partenariat entre les différentes catégories d’acteurs impliquées se présente comme une modalité de la bonne gouvernance des services urbains locaux de l’eau. Or, pour aboutir à une gouvernance des services de l’eau, le partenariat suppose un préalable : identifier les acteurs de la régulation du service public marchand de l’eau, comprendre leurs enjeux dans ces partenariats ainsi que les différentes dynamiques qui les sous-tendent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :